Du vin responsable : guide d’achat

La période de fêtes intensive est passée depuis quelques temps, mais nous avons bien d’autres occasions d’ouvrir de bonnes bouteilles ! Si vous êtes dans le métier, nous ne vous apprendrons rien, mais pour tous nos lecteurs, voici un rappel des deux principaux acteurs du marché : les producteurs et les négociants. Les producteurs sont propriétaires de vignes, ils peuvent être viticulteurs uniquement mais aussi vinificateurs, éleveurs et vendeurs : ces derniers gèrent en fait toute la chaîne de production jusqu’à la commercialisation. Les négociants, eux, achètent les raisins et les revendent mais ne cultivent pas : c’est un travail commercial. Pour en savoir plus sur les différents métiers du vin, vous pouvez consulter l’explorathèque.

Aujourd’hui, il existe une grande variété de producteurs, qui peuvent être engagés pour diverses causes. Pour les consommateurs, il est possible de connaître les engagements des producteurs au travers des labels qu’ils obtiennent : vins conventionnels, issus de l’agriculture raisonnée, de l’agriculture biologique ou de l’agriculture biodynamique. Mais dans le vin bio par exemple, il existe encore plusieurs labels : Agriculture Biologique signifie que le raisin est bio, et Nature et Progrès que le vin est bio. Pas toujours facile de s’y retrouver ! D’autant plus avec multiplicité des procédés entrant dans la fabrication de vin. Le label Agriculture Biologique garantit par exemple l’utilisation d’engrais naturels (compost) et de phytosanitaires d’origine végétale, animale ou minérale. On évite l’utilisation de produits chimiques globalement : pesticides, herbicides et engrais chimiques sont bannis. Mais il est malheureusement encore possible d’ajouter des sulfites, des levures industrielles, des enzymes etc… lors de la vinification.

Plutôt que de vous fier aux labels, nous vous conseillerions donc d’apprendre à connaître les producteurs. Si vous avez la chance de vivre dans une région viticole, vous pouvez aller à leur rencontre mais vous pouvez aussi demander conseil à un caviste qui, souvent, connaît bien ses fournisseurs. Un producteur engagé dans la protection des abeilles n’aura pas forcément droit à son label bio, et agira pourtant concrètement en faveur d’une production et d’un développement durable.

En tant que consommateur, nous vous invitons donc à vous renseigner au maximum, en posant des questions d’humain à humain (le fameux H 2 H à la mode pour remplacer le B 2 B en ce moment !).

Et en tant que producteur, apprenez à communiquer sur les belles actions que vous menez, par exemple en redonnant du sens à vos cadeaux d’affaires : ceux-ci se doivent d’être en accord avec l’image de marque d’un grand vin, respectueux de la terre et des hommes. Offrez à vos négociants où distributeurs des bracelets qui parrainent les abeilles par exemple, et incitez-les à en parler à leurs clients (vos consommateurs !). Créez la fierté de vendre votre vin avec des petits cadeaux qui marquent les esprits et ont une vraie signification.

Cela peut être très pertinent également dans le cadre d’une internationalisation de votre vin ou champagne. Faire savoir à vos clients que vous privilégiez la qualité jusqu’au bout, avec des cadeaux d’affaire qui prouvent vos engagements, cela permet d’installer durablement une image haut de gamme de votre marque. Chez Gifts for Change, nous partageons les valeurs qui caractérisent le bon vin : la production de proximité, l’utilité et la beauté d’un cadeau, l’éco-conception. Et tout cela dans un format et un design sympa, coloré : festif comme le vin !

Marie Olivier