Les événements de l’été : un bilan écologique lourd

RSE

Bradley_Wiggins_Mark_Cavendish_-_2012_Tour_de_FranceDu samedi 1er au dimanche 23 juillet 2017 aura lieu le 104ème Tour de France. Il comprendra 21 étapes pour une distance de 3 540 kilomètres et débutera à Düsseldorf pour se terminer à Paris, sur les Champs-Elysées. Un événement qui prône un sport que tout le monde peut pratiquer un peu partout et dont l’impact environnemental est quasi-nul. Et pourtant, l’événement du Tour de France en lui-même est plutôt généreux en termes d’émissions de carbones. En effet, presque autant de voitures et d’avions que de vélos sont nécessaires à l’organisation du Tour. Sans compter l’impact de la communication sur place, notamment avec l’emblématique caravane : un défilé publicitaire lors duquel les sponsors de l’événement jettent leurs goodies dans les mains des spectateurs. Le site Consoglobe rapporte qu’environ 14 millions d’objets publicitaires sont distribués lors du Tour. A titre d’exemple, 1,5 millions de sachets de bonbons Haribo et 400 000 casquettes Carrefour tombent dans les mains des spectateurs (ou, malheureusement, dans les fossés) en moyenne chaque année à cette occasion.

Mais Amaury Sport Organisation, l’entité organisatrice, travaille déjà depuis quelques années main dans la main avec les collectivités locales pour organiser la collecte des déchets sur les différents sites du Tour et interdit les objets qui, d’après leur expérience, finissent presque systématiquement dans les fossés. Car les déchets se comptent en tonnes : 20 précisément, un chiffre rapporté par la Communauté d’agglomération du Ventoux Comtat Venaissin, « dont plus de 20 000 canettes et 30 000 bouteilles en plastique ramassés sur les pentes du Mont Ventoux » toujours d’après l’enquête menée par Consoglobe.

Foule_scène_principal_delta_festivalDe nombreux festivals auront également lieu durant les trois prochains mois, comme chaque été. Ces événements sont toujours largement sponsorisés, pas toujours de la meilleure manière : paquets de chips, de cacahuètes, mini sodas sont distribués par milliers. Zero Waste France met en lumière l’impact d’une manifestation via les chiffres de l’Ademe : pour un événement regroupant 5 000 personnes, 2,5 tonnes de déchets sont générés, 1 000 kWh d’énergie et 500 kgs de papier sont consommés. Différentes actions sont déjà menées pour limiter cet impact, dans les festivals notamment : en France, Rock en Seine ou Main Square Festival consignent leurs gobelets par exemple. Cela incite à aller rendre le gobelet au bar plutôt qu’à le jeter par terre une fois la boisson consommée, voire même à ramasser les gobelets d’autres participants. En Croatie, la ville de Split propose aux habitants de ramasser les bouteilles plastiques et autres déchets des festivaliers de l’UMF moyennant une récompense financière. Résultat : des dizaines de locaux aux abords du festival vous proposent de récupérer votre bouteille. Une belle manière de mobiliser les citoyens.

Encourager le ramassage des déchets est une bonne façon de réduire l’impact environnemental d’un événement. Mais pourquoi ne pas aller plus loin en distribuant des objets qui ont un sens et ne seront pas jetés lors de ces manifestations ? Nous vous proposons de troquer le paquet de cacahuètes et la canette, qui seront oubliés une fois consommés, contre un bracelet personnalisé pour votre marque que le participant gardera sur lui plusieurs mois / années, et qui lui rappellera le bel événement auquel il a participé. Gravez votre marque dans les mémoires en offrant un objet qui dure et associe des valeurs environnementales à sa distribution, grâce à la plantation d’un arbre pour chaque bracelet produit. Un beau moyen de célébrer la Nature qui accueille nos événements, et sans laquelle la beauté du moment musical ou culturel passé ne serait tout simplement pas possible.

Marie Olivier