RH, direction financière et développement durable

RSE

Le scandale Volkswagen a fait réfléchir bon nombre de citoyens sur la notion de responsabilité face aux défis environnementaux, d’autant plus dans un monde où la fiabilité des labels et contrôles est souvent remise en cause par ces même citoyens. Mais le client particulier n’est pas le seul à s’inquiéter : les institutions financières et investisseurs regardent cela de plus en plus près afin de prévenir… Les chutes de valeur des entreprises en bourse !

Nous vous parlions dernièrement des initiatives mises en place par Icade pour réintégrer la nature en ville. Aujourd’hui, de manière globale, le développement durable fait partie des thèmes avec lesquelles il faut compter en entreprise en France. C’est la même chose au niveau européen : les impacts environnementaux des différentes formes de business sont de plus en plus étudiés, et même les entreprises privées ont tout intérêt à faire ce qu’il faut pour réduire leur empreinte écologique. Pourquoi ?

Prenons un exemple concret et mettons-nous à la place d’un investisseur qui a, admettons, 100 000€ à investir dans une entreprise pharmaceutique. Il a le choix parmi deux qui présentent les mêmes bilans comptables et sont tout aussi prometteuses l’une que l’autre. Seulement, l’une d’entre elles ne pollue pas, a une belle politique sociale et respecte les lois. La deuxième n’en a que faire : le risque est qu’un jour, elle s’illustre avec un scandale comme celui de Volkswagen. Et si c’est le cas, ses actions vont considérablement perdre en valeur. L’investisseur analysera le risque et placera son argent dans l’entreprise qui en présente le moins, donc dans celle qui mesurera son impact social et écologique et tentera de le limiter au maximum.

La motivation à agir pour un développement durable est donc aujourd’hui financière, économique. Les entreprises sont contrôlées par les commissaires aux comptes, auditées par les grands cabinets sur ces questions car les coûts liés aux risques écologiques pourraient, dans quelques années, représenter des milliards d’euros. Nous évoquions le souci de protection des abeilles récemment : imaginez un supermarché qui ne contiendrait plus que 16% des fruits et légumes que vous avez l’habitude d’y acheter ? Maintenant, imaginez l’impact global que cela aurait sur la consommation… Les organismes financiers doivent prévoir tout cela ! Et travailler main dans la main avec les services des ressources humaines, vers la prochaine étape de développement des entreprises : agir pour renverser cette tendance de destruction.

Chez Icade par exemple, les juristes, les marketeurs, les financiers participent à des conférences d’information sur l’environnement, ou apprennent à connaître le métier d’apiculteur sur leur lieu de travail via l’installation des ruches sur le toit dont nous vous avions déjà parlé. Le développement durable fait se rencontrer des gens de différents services en même temps autour d’un intérêt commun, fédérateur : un vrai plus RH ! Ces actions rendent aussi les employés fiers de leur entreprise et les encouragent à passer le mot. L’argent ne suffit pas, il faut emmener tout le monde pour porter les projets donc il faut positiver, proposer des solutions, et valoriser chaque action menée pour protéger notre environnement ou éduquer à cette protection. Les conférences alarmistes ne font plus écho dans l’esprit de vos employés, en revanche un team building sur le sujet ou un atelier potager, cela fédère !

Gifts for Change peut conseiller tous vos départements sur des actions à mener dans votre entreprise et propose des produits qui, justement, fédèrent (testé et approuvé par nos clients, dont vous pouvez retrouver les actions dans différents articles de notre blog). Alors, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons enchantés.